Le shonen met la mort au cœur de son histoire

Rappelons que le shonen est un genre littéraire de manga utilisé pour désigner les mangas destinés aux jeunes garçons. Ce mot signifie littéralement « adolescent » en japonais. Le monde du shonen compte dans ses rangs plusieurs titres et les intrigues se font aussi complexes les uns que les autres. Certains shonen sont réputé pour la noirceur de leurs histoire et même dans certains le gore que l’on y retrouve. Dans le cas de Bleach ou encore de D.Gray-man, la mort se situe au centre de l’histoire sans pour autant passer dans le sombre de la littérature. En effet, ces deux séries d’ouvrages explorent la mort telle qu’elle est vue dans la culture japonaise mais surtout de manière crue sans pour autant choquer le jeune public.

Bleach : le monde des shinigami

 

Bleach est un shonen dont l’auteur est Tite Kubo et a été publié à partir de l’année 2001. Il raconte l’histoire d’un jeune lycéen Ichigo Kurosaki agé à ses débuts de 15 ans. Le jeune garçon peut voire les âmes des morts et un soir va rencontrer une shinigami (un dieu de la mort, littéralement) qui va orienter sa vie vers un tout autre tournant. Rukia Kuchiki, la shinigami en question, va par mégarde transmettre tous ses pouvoirs au jeune Ichigo qui va lui-même devenir un shinigami.  Ichigo s’incombe alors de la tâche de chasser les holows, des esprits maléfiques dévoreurs d’âmes et de conduire les âmes errantes dans l’autre monde. Durant toute l’histoire, le jeune lycéen découvre un tout autre monde, de nouvelles personnes que ce soit dans la Soul Society (le monde des shinigamis et le royaume des âmes bienveillantes) ou dans le monde des humains dotées de capacités spectaculaires aussi incroyables les unes que les autres.

D.Gray-man : l’histoire du jeune Allan Walker l’exorciste

 

Tout comme Bleach, D. Gray-man est un manga du genre shonen. Il a vu le jour grâce à l’artiste Katsura Hoshino qui va lui donner le jour en 2004. Cette fois-ci, le héro, Allan Walker, évolue dans un monde gothique et totalement imaginaire durant le XIXème siècle. Dans ce monde la mort est non plus vue comme une entité mais comme un moyen de créer des armes destructrices : les akumas. Allan Walker fait alors parti de la « congrégation de l’ombre » dont le but est d’éviter que ses armes n’existent et ne servent les intérêts du conte millénaire qui veut détruire le monde et en éradiquer l’espèce humaine. Dans leurs tâches les exorcistes sont accompagnés d’une innocence, une arme extrêmement rare, personnelle et qui varie d’un exorciste à un autre.

Dans ces deux univers la mort n’est pas vu comme une fin ni comme un renouveau mais comme un changement. Dans Bleach, il se résume à un passage vers un autre monde qui peut impacter celui des vivants et dans D.Gray-man, elle est la source du bien comme du mal.